article précédent / suivantaccueil > Histoire de l'Aveyron > Rolling et les statues-menhirscommander ce livre

-accueil               la librairie              archives               agenda                éditions               contact              nous trouver Conques
Aveyron
Aubrac
Art médiéval
Pierre Soulages
Chemins de Saint-Jacques
Art moderne et contemporain
Histoire médiévale
Histoire de l'Aveyron
Littérature
Art et littérature
Récits de voyage
Jeunesse
Livres en anglais
Gastronomie de l'Aveyron
Écologie, développement durable

Coups de coeur

Dvd/Cd
librairiecheminsdencre@orange.fr
Tél./Fax. : 05 65 46 22 95
Rue Charlemagne
12320 CONQUES
cgv     frais de port     livraison     plan du site     mentions légales     créditsSearch

Rolling et les statues-menhirs

Auteur : Olivier Pierre Douzou
Paru le : novembre 2010
Editeur : Editions du musée Fenaille
ISBN : 978-2-95079078-1
Prix éditeur : 13,00 €

 


Les statues-menhirs occupent une place singulière dans l'histoire de la représentation humaine. Sculptées il y a près de 5000 ans, elles sont les plus anciennes statues monumentales d'Europe Occidentale. Le récite de la découverte commence en avril 1888. Un jeune vicaire, Frédéric Hermet, remarque une pierre abandonnée dans un champ près du village de Saint-Sernin-sur-Rance, dans le sud du département de l'Aveyron. La dalle représente un personnage féminin sculpté en bas-relief, avec bras et jambes, un visage aux yeux ronds, sans bouche, souligné par des traits horizontaux. Des cheveux noués descendent en tresse dans le dos. Son cou est enserré par une série de colliers à laquelle est suspendue une pendeloque, les seins sont en forme de boutons. Un manteau aux larges plis, serré à la taille par une ceinture, couvre le personnage. Ainsi apparaît la "Dame de Saint-Sernin". Aujourd'hui, le musée Fenaille à rodez, dépositaire des premières découvertes, conserve la plus importante collection de statues-menhirs en France. Mais confronté à ce phénomène, notre regard se perd encore dans de multiples interrogations. Le sens de ces sculptures reste difficile à percevoir. Ancêtres, héros ou dignitaires, elles conservent précieusement le mystère de leur origine et surtout une grande puissance d'évocation. Elles nous offrent un face à face avec l'inconnu, ou plutôt une rencontre avec un imaginaire, notre imaginaire.