article précédent / suivantaccueil > Histoire de l'Aveyron > La vie au quotidien - En Rouergue avant 1914commander ce livre

-accueil               la librairie              archives               agenda                éditions               contact              nous trouver Conques
Aveyron
Aubrac
Art médiéval
Pierre Soulages
Chemins de Saint-Jacques
Art moderne et contemporain
Histoire médiévale
Histoire de l'Aveyron
Littérature
Art et littérature
Récits de voyage
Jeunesse
Livres en anglais
Gastronomie de l'Aveyron
Écologie, développement durable

Coups de coeur

Dvd/Cd
librairiecheminsdencre@orange.fr
Tél./Fax. : 05 65 46 22 95
Rue Charlemagne
12320 CONQUES
cgv     frais de port     livraison     plan du site     mentions légales     créditsSearch

La vie au quotidien - En Rouergue avant 1914

Auteur : Roger Béteille
Paru le : 01/11/2006
Editeur : Cairn
ISBN : 2-350-68064-9
Prix éditeur : 20,00 €

 


En 1800, le Rouergue vit encore un profond isolement. Les Aveyronnais qui se sentent d'abord Rouergats, languissent dans un retard matériel et social hérité de l'Ancien Régime. Mais une civilisation paysanne, fondée sur de solides valeurs familiales léguera aux générations ultérieures les chances d'un véritable renouveau économique et social. L'auteur a passionnément scruté les signes du changement dans cet " ordre éternel des champs ", immuable en apparence seulement, mais aussi la mutation des veilles cités, telles Rodez ou Millau, et la naissance étonnante de Decazeville et de son pays noir. Voilà pour l'intérieur. Mais, miracle de l'ouverture aux progrès, aux transports modernes, miracle aussi d'une émigration qui jeta, vers Paris et les grandes villes, des générations successives de jeunes paysans énergiques, intelligents et rudes à la tâche : les Aveyronnais se taillent une place enviable parmi les nouveaux citadins du siècle passé. Mieux, des colonies de Rouergats portent au loin la réputation de ce pays - dans la Pampa en Californie, en Afrique, en Orient. Brosser ce portrait des Rouergats sans parler des émigrants eut été faire injure à tant de réussites personnelles à leur actif. Voilà ceux du dehors : ils ne renient rien du " pays ".